par Christian Rosset

  

Compositeur, musicien, essayiste et producteur radiophonique, notamment à France Culture avec qui il collabore depuis 1975, Christian Rosset revient ici sur les liens intenses qui unissaient le collectif Change, la revue éponyme et les Ateliers de Création Radiophonique. L'extrait que nous vous donnons à lire ici en pré-publication est tiré d'un livre de Christian Rosset, Les Voiles de Sainte-Marthe, à paraître en juin prochain chez Hippocampe éditions.

 

 

Un mot sur ce collectif Change : j’en découvre l’existence en juillet 1975 quand, cherchant à rompre l’ennui des vacances d’été et pour cela fouinant les rayons d’une petite librairie en bord de mer, je tombe sur deux numéros de la revue, le 20 (qui m’intrigue car on y trouve un texte-partition de Jean-Yves Bosseur, musicien alors fraîchement rencontré et déjà inconsciemment désigné comme futur allié indéfectible) et le 23 ("Monstre poésie" qui me fait découvrir d’un coup une bonne dizaine de poètes avec qui j’allais collaborer un peu plus tard dans le cadre des Ateliers de Création). Le numéro suivant, le 24 (celui d’octobre 1975), s’intitule "Mouvement du change de formes et transformationnisme". Il est composé d’une suite de manifestes rédigés plus ou moins collectivement dans la "grande tradition". Enthousiasme immédiat. Le "lieu d’échanges" déjà pensé, dessiné, cartographié et prêt à devenir matière à expériences sonores, musicales, radiophoniques, trouvera sa place dans l’espace déployé du transformationnisme !      

Au moment de ma rencontre avec Change, le collectif est composé de Philippe Boyer, Jean-Pierre Faye, Jean-Claude Montel, Jean Paris, Didier Pemerle, Léon Robel, Mitsou Ronat, Paul Louis Rossi Jacques Roubaud et Saul Yurkievich. Avec la moitié d’entre eux – Faye, Montel, Pemerle, Rossi, Roubaud –, s’établiront des collaborations sur de longues durées (plusieurs décennies), principalement pour l’A.C.R., mais aussi les Nuits Magnétiques, le Programme Musical et À voix nue (du temps de l’analogique). Les liens entre l’Atelier de Création Radiophonique et le collectif étaient déjà forts (Accusés de réception en 1976, produit par Jean-Yves Bosseur et, en 1977, la semaine précédant la diffusion d’Entailles…, Les voi(x)(es) du Change, produit par René Farabet, etc.). Ils se sont encore renforcés, après l’éclatement du collectif en 1979, suite à mon obstination à accorder de vastes espaces de création sonore à ces écrivains qui n’ont jamais rien lâché de ce qui alimentait, tant intellectuellement que viscéralement, leur projet d’origine, passant du "nous" au "je", non sans mélancolie, et creusant obstinément leur sillon – de plus en plus à l’écart des chemins balisés de la culture officielle. 

 

Journée pro Livraisons

Lundi 5 février 2018 - Villa Gillet / ARALD - Lyon

 

 

Pour la 2e année consécutive, l'association Livraisons. Des revues en Rhône-Alpes organise le 5 février 2018 une demi-journée professionnelle dédiée aux bibliothécaires, libraires et médiateurs du livre, en partenariat avec l'Arald. Au programme : présentations de revues, de ressources et d'outils dédiés, suivies d'un dialogue avec André Chabin autour de l'écosystème de la revue en 2018 et d'une rencontre avec Hubert Haddad.

 

par Catherine Goffaux

 

Le très bel espace où le Bal des Ardents reçoit ses invités s'est révélé trop petit mercredi soir pour accueillir tous ceux venus au lancement de ce dixième numéro de la revue Initiales, MM. Une ambiance d'anniversaire.

Cette revue semestrielle est produite, conçue, designée à l'École nationale supérieure des Beaux-arts de Lyon, elle en est le miroir. En raison des homologies entre école d'art et revue, « une école d'art est un lieu parfait pour produire une revue ». Dans l'école, « sont réunies toutes les compétences (intellectuelles, artistiques, graphiques), avec un même niveau de pertinence chez les étudiants et chez les professeurs », ce qui n'exclut pas l'appel à des contributions extérieures.

Emmanuel Tibloux, directeur de l'école et de la revue, et Vincent Romagny, commissaire d'exposition travaillant actuellement sur les aires de jeux et co-rédacteur en chef avec Claire Moulène, ont expliqué comment les deux préoccupations majeures d'Initiales sont la pédagogie et la transmission. Les figures plus ou moins monumentales qui font l'objet des précédents numéros (PK, Pierre Klossowski ; PPP, Pier Paolo Pasolini ; JJ, Jean-Christophe Averty ; MD, Marguerite Duras ; JB, John Baldessari...), sont plus que des figures : « elles sont des embrayeurs, selon une logique centrifuge ».

 

« Les revues sont l'un des muscles de la littérature... J'espère que l'histoire des revues va se poursuivre... Si les revues disparaissent, la littérature disparaît » Liliane Giraudon

 

par Catherine Goffaux

 

Inviter Liliane Giraudon et les rédacteurs de faire part, la revue qui lui consacre un numéro  36-37 de presque 300 pages, au Bal des Ardents, le jeudi 26 octobre, c'était faire coup double : découvrir ce numéro de faire part et entendre évoquer Banana Split

L'œuvre de Liliane Giraudon est chercheuse, protéiforme, nomade. Ses livres inclassables (Les Animaux font toujours l'amour de la même manière, Greffe de spectres, Le Garçon Cousu, L'Omelette rouge, Parking des filles, Pallaksch, Les Pénétrables, Fur, L’Amour est plus froid que le lac, pour citer des titres publiés chez POL) et les revues qu'elles a créées ou auxquelles elle a contribué (Banana Split, La Nouvelle BS, Le Comptoir de la Nouvelle BS, Impressions du Sud, Action poétique, If, La Gazette des jockeys camouflés) composent un « atelier permanent » dans lequel s’inventent les formes de la littérature d’aujourd’hui.

Jeudi 26 octobre, au Bal des ardents, Liliane Giraudon était accompagnée des quatre membres du comité de rédaction : Alain Chanéac, Jean Gabriel Cosculluela, Alain Coste, Christian Arthaud, ceux-là même qui l'ont convaincue en descendant à Marseille avec une boîte de marrons glacés de construire un dossier sur son oeuvre. Dans la salle, se trouvaient Édith Azam, Frédérique Guétat-Liviani et Éric Houser, contributeurs de ce numéro.

 

CYCLE "EN REVUES" A LA LIBRAIRIE LE BAL DES ARDENTS

 

"Une creative method accidentée" - Dossier Liliane Giraudon
La revue Faire part consacre son n° 36-37 à l'écrivain, poète, traductrice et responsable de revues Liliane Giraudon.





En collaboration avec la librairie Le Bal des ardents, l'association Livraisons aura le plaisir d'accueillir Liliane Giraudon et deux membres du comité de rédaction de la revue Faire part (Alain Chanéac et Jean-Gabriel Cosculuella) pour fêter la parution de ce riche numéro de près de 300 pages. Un libre parcours dans le sommaire du numéro, ponctué de temps de lecture, permettra de mieux faire connaître l'oeuvre littéraire à multiple dimensions de Liliane Giraudon et de revenir sur son parcours en femme de revues.

 

Jeudi 26 octobre 2017 à 19 heures
Librairie Le Bal des ardents 17 rue Neuve 69001 Lyon

 

Entrée libre

 

 

 

UN ENTRETIEN SUR LA RELATION DE LILIANE GIRAUDON
AU MEDIUM REVUE

 

LILIANE GIRAUDON PARLE DE L'UN DE SES DERNIERS TEXTES
PARUS CHEZ P.O.L