Le jeudi 2 juin dernier, la Maison des Passages, à Lyon, accueillait le lancement du numéro 1 de la revue Rumeurs. Comme l'a dit Thierry Renard, son rédacteur en chef, « une revue papier qui s'intéresse à la poésie, c'est doublement un événement ». Le propos de départ, comme l'a souligné Dominique Iacovella, des éditions La Rumeur libre, qui publie la revue, est « d'accueillir des textes reflétant une actualité de l'écriture ». Roger Dextre, qui appartient à l'équipe de rédaction et a apporté à la revue des textes venus d'ateliers d'écriture, a recommandé d'« apprendre à lire des textes dont les auteurs ne songent pas à être édités », des textes « surgis dans des lieux improbables, qui affectent autant du côté de l'écriture que de la lecture ».

 

Élaborer une telle revue a été une entreprise de longue haleine : les éditions en avaient déjà le projet il y a quatre ans. Andrea et Dominique Iacovella ont cherché une équipe rompue à ce type de pratique éditoriale, ils l'ont trouvée, elle est plurielle, ouverte tant sur la France que sur l'étranger. Et Rumeurs (qui sera semestrielle, et compte pour cette première livraison 336 pages) place son exigence de qualité sur la plus haute branche de l'arbre le plus haut. C'est eux qui l'écrivent, et on ne peut que leur donner raison : les arbres abattus pour faire cette revue papier ne l'auront pas été en vain.

 

Pour cette soirée de lancement, les Bostoniens Jennifer Barber et David Ferry, invités et traduits grâce au poète Emmanuel Merle, n'ont pas dû se sentir trop dépaysés : le public nombreux, la ferveur de l'écoute ont dû leur rappeler l'ambiance de tels événements quand ils se déroulent sur la côte Est. Tous les deux sont des poètes confirmés, édités, mais une égale attention a salué les textes des Françaises Carole Bijou et Laura Tirandaz, avec son remarquable Azizam, pour qui la revue Rumeurs est une pépinière et un tremplin.

 

Catherine Goffaux


Numéro 1 / Juin 2016 / 336 pages / 21 euros

www.larumeurlibre.fr/revue_rumeurs / Abonnement : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.