LIVRAISONS – 2019-2020

 


La revue est un laboratoire où naissent les plus grandes pensées et les plus belles œuvres, et un outil essentiel pour appréhender le monde contemporain. L'association Livraisons – Festival de la revue la défend depuis 2014. Cette année, l'association a choisi d'étoffer son cycle régulier de rencontres et d'inviter des revues non seulement, comme les années passées, à la librairie Le Bal des Ardents, mais aussi à la librairie Michel Descours, librairie spécialisée dans le livre d'art, ainsi qu'à la Poéthèque de Villefontaine, une incomparable bibliothèque de revues littéraires située en Isère. Voici le programme des prochaines présentations, toutes à 19 heures, toutes à l'entrée libre et gratuite. Nous vous y souhaitons nombreux.

 

 

Librairie Michel Descours 31 rue Auguste-Comte 69002 Lyon

Librairie Le Bal des ardents 17 rue Neuve 69001 Lyon

 

 

 

******

 

 

 

L'Observatoire, la revue des politiques culturelles, le jeudi 30 janvier à la librairie Le Bal des Ardents

 

L’Observatoire des politiques culturelles est un organisme national qui travaille sur l’articulation entre l’innovation artistique et culturelle, les évolutions de la société et les politiques publiques au niveau territorial. Il a été créé en 1989 et est basé à Grenoble. Organisant études, rencontres, formation continue et diffusion d’informations, notamment avec sa revue, il exerce un rôle d’éclaireur pour un large cercle de professionnels des arts et de la culture, d’experts et d’élus.

Invités : Jean-Pierre Saez, directeur de la publication, Lisa Pignot, rédactrice en chef,
sur le thème : L'artiste a-t-il tous les droits ?

 

Que ce soit sous l'angle de la liberté de création ou du droit d'auteur, les droits des artistes font régulièrement l'objet de débat et de contestation. De quels droits dispose l’artiste pour défendre sa création et pour en vivre ? Comment, à l’époque du numérique et du partage mondialisé des données, concilier protection des œuvres et partage de la création ? Quelle protection du droit des auteurs garantit la nouvelle directive européenne ? Par ailleurs, si la liberté de création est systématiquement menacée dans les pays aux régimes autoritaires, elle peut être aussi remise en cause dans des pays démocratiques, parfois même ici et maintenant. En France, la loi soutient que « La création artistique est libre ». Est-ce toujours le cas et comment comprendre cette affirmation ? Face aux affaires judiciaires récentes qui ont secoué les mondes du cinéma ou de la musique et qui instaurent un certain malaise dans le positionnement du public vis-à-vis de l’artiste, peut-on légitimement remettre en cause le droit de ces artistes à présenter leur création ? En quoi les demandes d’annulation d’une projection ou d’un spectacle relèvent-elles de la censure et constituent-elles une atteinte à la liberté d’expression et de création ?

 

 

 

***

 

 

 

Transbordeur, photographie - histoire - société, le jeudi 13 février à la librairie Michel Descours

 

Présentation du n° 4 consacré à la "photographie ouvrière"

 

Au cours des années 1920, la photographie est devenue une « arme dans la lutte des classes », selon l’expression consacrée dans les milieux communistes. C’est en effet à ce moment que les travailleurs se saisirent d’appareils photographiques dans le but de documenter leur quotidien, leur travail et leurs loisirs, plus singulièrement leur engagement dans le mouvement social. Cette nouvelle méthode d’agit-prop, consistant à déléguer aux ouvriers les moyens de production visuels, s’est étendue à différents pays – l’Allemagne et l’URSS en premier lieu, mais aussi la Tchécoslovaquie, la France, les États-Unis, etc.

 

Dix ans après l’exposition tenue à Madrid, A Hard and Merciless Light, et un an après l’exposition du Centre Pompidou Photographie, arme de classe, ce numéro 4 de Transbordeur rend compte de l’actualité foisonnante de la recherche sur la photographie ouvrière en étendant le sujet tant sur le plan géographique que chronologique.

 

Intervenant : Christian Joschke, co-directeur de la revue

 

 

 

***

 

 

 

Watt, le jeudi 20 février à la librairie Michel Descours

 

Watt est pour les arts performatifs une revue conçue comme un studio à ciel ouvert. Elle se propose de rentrer dans la matière d’un acte de création et de le prolonger à travers trois formes possibles. Des entretiens autour du travail d’un artiste interrogé par un autre artiste (Within). Une carte blanche sur plusieurs pages (White Page) offerte à un artiste permettant de visualiser la fabrique des outils. Et enfin un article de réflexion (What More). Résolument tournée vers l’Europe, elle porte son regard sur la scène européenne à un rythme annuel depuis 3 ans.

 

Invitée : Charlotte Imbault, co-fondatrice de Watt, en dialogue avec Marie-Christine Vernay.

 

 

 

***

 

 

RumeurS, le jeudi 19 mars à la Poéthèque de Villefontaine (Isère)

 

Revue semestrielle qui entend relater, dans la diversité des voix, une certaine actualité des écritures, RumeurS est née sous l’impulsion de La Rumeur libre Éditions, elle est animée par Thierry Renard et a publié 6 numéros depuis sa création en 2016. Elle se propose de donner à lire des textes inédits d’auteurs d’aujourd’hui : recueils de création, textes écrits en atelier, voix venues d’ailleurs, et elle se situe hors des modes et des courants littéraires. Elle place son exigence de qualité sur la plus haute branche de l’arbre le plus haut.

 

Invités : Ainis Selena, Dainius Gintalas, écrivains lituaniens ; Jean-Baptiste Cabaud, poète ; Thierry Renard, rédacteur en chef de la revue ; Andrea Iacovella, éditeur.

 

 

 

***

 

 

Mots et Tracés, deux revues éditées par ENS Éditions, le vendredi 10 avril au Bal des Ardents

La revue de sciences humaines Tracés réunit deux fois par an des auteurs issus de diverses disciplines autour d'un thème ou d'un problème commun traversant les sciences humaines. Parfois, il s'agit de rendre compte d'un débat ancien qui a pris un tour nouveau en raison de l'actualité éditoriale ou d'événements politiques. D'autres fois, l'ambition est de soumettre à une interrogation croisée une notion que les multiples traditions intellectuelles et disciplinaires abordent en ordre dispersé, ou bien encore de tenter des rapprochements plus spéculatifs autour d'un terme aux usages mal contrôlés. La conviction profonde de Tracés est que le dialogue interdisciplinaire est non seulement possible mais fécond.

 

Mots. Les Langages du politique s'inscrit dans une perspective interdisciplinaire à la croisée des sciences du langage, des sciences du politique et des sciences de l'information et de la communication. La revue publie des dossiers thématiques, des articles en rubriques « Varia », « Méthodologie » ou « Mots en politique », des notes de recherche, des comptes rendus de lecture, une bibliographie des publications sur les langages du politique.

 

Invités : Chloé Gaboriaux pour Mots, Anthony Pecqueux pour Tracés, Sandrine Padilla et Isabelle Boutoux pour ENS Éditions.

 

 

 

***

 

 

Apulée, le jeudi 28 mai à la librairie Le Bal des Ardents

 

Cette revue annuelle de littérature et de réflexion initiée par Hubert Haddad, et qui a publié son quatrième numéro au printemps 2019 s’engage à parler du monde d’une manière décentrée, nomade, investigatrice, loin d’un point de vue étroitement hexagonal, avec pour premier espace d’enjeu l’Afrique et la Méditerranée. S'y retrouvent romanciers, nouvellistes, plasticiens, penseurs et poètes des cinq continents, qui ont la part belle pour dire et illustrer une idée de la liberté dans l’interdépendance et l’intrication vitale des cultures.

 

Invités : Yahia Belaskri, Hubert Haddad

 

 

 

Les noms des revuistes invités et de leurs interlocuteurs pour chaque revue seront communiqués au fil des mois.

 

 

Librairie Michel Descours, 31 rue Auguste-Comte, Lyon 2e  Tél. 04 78 42 65 67 Réservations recommandées : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

Le Bal des Ardents, 17 rue Neuve, Lyon 1er   Tél. 04 72 98 83 36

Poéthèque, 90 avenue de la Verpillière, 38090, Villefontaine  Tél. 07 81 93 54 09