CYCLE "EN REVUES" A LA LIBRAIRIE LE BAL DES ARDENTS

 

"Une creative method accidentée" - Dossier Liliane Giraudon
La revue Faire part consacre son n° 36-37 à l'écrivain, poète, traductrice et responsable de revues Liliane Giraudon.





En collaboration avec la librairie Le Bal des ardents, l'association Livraisons aura le plaisir d'accueillir Liliane Giraudon et deux membres du comité de rédaction de la revue Faire part (Alain Chanéac et Jean-Gabriel Cosculuella) pour fêter la parution de ce riche numéro de près de 300 pages. Un libre parcours dans le sommaire du numéro, ponctué de temps de lecture, permettra de mieux faire connaître l'oeuvre littéraire à multiple dimensions de Liliane Giraudon et de revenir sur son parcours en femme de revues.

 

Jeudi 26 octobre 2017 à 19 heures
Librairie Le Bal des ardents 17 rue Neuve 69001 Lyon

 

Entrée libre

 

 

 

UN ENTRETIEN SUR LA RELATION DE LILIANE GIRAUDON
AU MEDIUM REVUE

 

LILIANE GIRAUDON PARLE DE L'UN DE SES DERNIERS TEXTES
PARUS CHEZ P.O.L

 

 

 

 

 

par Catherine Goffaux

 


Jérôme Duwa, interrogeant Michel Crépu lors de la soirée d'inauguration du Festival de la revue, a ménagé un va-et-vient constant, des livres qu'il a écrits à sa considérable expérience de revuiste (dans le dernier de ses livres, Vision de Jackie Kennedy au jardin Galliera, le narrateur travaille dans une revue littéraire), à des propos sur les revues qu'il a dirigées (La Revue des Deux Mondes, et depuis 2015, la NRF), sans oublier son travail critique (pour Esprit, quand il était étudiant, puis pour La Croix, L'Express). Traces de ce dialogue en sept infinitifs.

 

     

 

Dans le cadre du cycle consacré aux revues, organisé par Livraisons. Des revues en Rhône-Alpes et la Librairie Le Bal des ardents, présentation du numéro 14 de la revue Hippocampe (littératures, réflexions, arts visuels), et en particulier du dossier consacré au poète, traducteur et éditeur Emmanuel Hocquard.

 

Jeudi 22 juin 2017 à 19 heures
Librairie Le Bal des ardents 17 rue Neuve 69001 Lyon

 

Avec Anne Maurel, écrivain, membre du comité de rédaction de la revue et coordinatrice du dossier ; et David Lespiau, contributeur du dossier, qui travaille actuellement à l'établissement des "Cours de Pise" d'Emmanuel Hocquard en vue de leur publication.

 


 

Livraisons - festival de la revue 
3ème édition

Du jeudi 11 au dimanche 14 mai 2017
Musée des Beaux-Arts / Bibliothèque de la Part-Dieu / Musée d'Art contemporain / Musée Gadagne

 

TELECHARGER LE PROGRAMME 2017

 

par Catherine Goffaux

 

Jeudi 20 avril Clémentine Vidal-Naquet et Stéphanie Sauget, en un dialogue impeccable ponctué d'une projection d'images, présentaient la revue Sensibilités Histoire critique et sciences sociales au Bal des Ardents à l'invitation de Livraisons – des revues en Rhône-Alpes. Clémentine fait partie du comité de rédaction, Stéphanie est historienne, enseigne à l'université de Tours François Rabelais.

Pourquoi avoir choisi ce médium ? Clémentine et Stéphanie répondent, parce que les champs sont à construire dans une exploration au long cours et une remise en question constante.

Qu'il y a-t-il d'excitant dans l'activité de revuiste ? Elles répondent, le sentiment d'appartenance à un groupe de personnes complémentaires, l'approche réflexive, une dimension de plaisir et de curiosité.

Les réflexions des chercheurs que réunit Sensibilités ont été mûries en amont par les travaux de leurs aînés et maîtres... Alain Corbin, Arlette Farge, Stéphane Audouin-Rouzeau, qui ont accepté, sans hésitation, de faire partie du comité scientifique pluridisciplinaire. Sensibilités est redevable aussi à des auteurs comme Thomas Dodman qui a travaillé sur les soldats français en Algérie dont la nostalgie a été considérée comme une maladie virale et fatale. Ou à Michel Pastoureau, le spécialiste de la symbolique des couleurs. Tous étaient redevables à Lucien Febvre, qui lança l'appel inaugural, « La Sensibilité et l'histoire, sujet neuf » en 1941. Alors furent engagées l'histoire des mentalités, puis celle des représentations, enfin l'histoire culturelle.